mercredi 12 décembre 2007

Procès de Galilée - Héliocentrisme et géocentrisme

Héliocentrisme et géocentrisme

Galilée (1564-1642), est l'ami du cardinal Maffeo Barberini qui deviendra le pape Urbain VIII en 1623. Galilée le convainc en 1624 de lui laisser exposer de manière contradictoire, les deux thèses en présences, celle géocentrique d'Aristote et Ptolémée datant de la Grèce antique, et celle héliocentrique de Copernic publiée en 1543. Accusé de vouloir trop favoriser des idées novatrices, le pape Urbain VIII est mis en difficulté. Pour calmer les esprits, il concède le procès de Galilée à ses adversaires. Galilée est contraint de se rétracter devant le tribunal de l'Inquisition en 1633.
En 1979, le pape Jean-Paul II charge une commission d'étudier la réhabilitation de Galilée. Le 31 octobre 1992, il se prononce en faveur de la réhabilitation de Galilée devant l'Académie pontificale des Sciences. Mais à la mort de Jean-Paul II, en avril 2005, l'acte de réhabilitation de Galilée n'était toujours pas prononcé .....

Et pourtant, elle tourne ... Et nous sommes bientôt en 2008.

2 commentaires:

ROY a dit…

A propos de Galilée... S'il est vrai que les couloirs du Vatican sont peuplés d'hommes de science à réhabiliter et d'hommes de foi à canoniser, un siècle de notre histoire ressemble à un grain de sable. "Rien ne sert de courir, il faut partir à point", enseignait La Fontaine s'inspirant de Théognis qui écrivait plus de mille ans avant lui : "Une sage lenteur a raison de la hâte". Là où se trouve aujourd'hui son âme, dans notre mémoire à tout le moins, Galilée doit probablement considérer avec philosophie le jugement romain. Aux côtés de Darwin et de quelques autres, il n'est pas seul dans la file d'attente. Quand bien même les lois de la nature seraient sûres, il n'y a que deux façons de supprimer le rideau d'une doctrine qui s'y oppose : en le traversant d'un coup de sabre ou en laissant s'opérer une déchirure tout d'abord invisible, en l'aggravant discrètement d'un coup d'ongle à chaque frémissement du voile. Galilée aura sa repentance ecclésiale et publique. Peu importe la date. Plus grave me paraît le "créationnisme" (au degré zéro - car qui peut "expliquer" l'origine des Mondes pluriels et infinis ?), phénomène actuel et qui - contrairement à ce qu'on répète - ne touche pas seulement les Etats-Unis, mais une vaste partie de l'Islam intransigeant. Galilée dirait sans doute : "Laissez passer Darwin avant moi ! J'ai tout mon temps..." Jean-François Bazin.

Joël Col a dit…

La condamnation de Galilée.
La grande question qui se posait à l’époque de Galilée était : “Quel astre tourne autour de l’autre ? Le soleil autour de la terre ou la terre autour du soleil” ? En affirmant la rotation de la terre autour du soleil, Galilée se trouvait en contradiction avec les scientifiques, les philosophes, l’Église et la Bible qui, tous, soutenaient la thèse contraire. Or, dans mon étude “Entre Galilée et l’Eglise : la Bible”, je démontre que Galilée était en accord avec les Textes originaux hébreux et grecs, mais en désaccord avec leurs traductions. En d’autres termes, si les versions de la Bible avaient été fidèles aux Textes originaux, Galilée n’aurait pas été condamné pour avoir “tenu et cru une doctrine fausse et contraire aux saintes Écritures”. Par cette étude, j’œuvre pour obtenir la réhabilitation officielle de Galilée et la mise en conformité des traductions de la Bible avec leurs Textes originaux qui, en aucun cas, ne peuvent être tenus responsables de la condamnation du savant.
Joël Col

Pour plus d’informations consulter :
http://monsite.orange.fr/erreur.verite
http://monsite.orange.fr/autoedition.meguila